You are currently browsing the Uncategorized category
Displaying 1 - 15 of 26 entries.

Dans quelle boîte t’es ?

  • Posted on novembre 18, 2013 at 18:39

 

  • Comment va ta boîte ?
  • Où en est ta boîte ?
  • Tu sors à quelle heure de ta boîte ?
  • Ah, ta caisse est en panne ?
  • Et maintenant, que vas-tu faire de ton bac ?

 

A bien y regarder, nous passons la majeure partie de notre temps entre 4 murs.

C’est donc ça le bonheur ! C’est donc ça le progrès ! Travailler en boîte et rentrer le soir dans son antre !

 

Observons comment la technologie a su nous éloigner insidieusement de la Nature,

Observons comment la technologie a su nous éloigner insidieusement de l’Humanité.

Il n’y a pas à regretter maintenant quoi que ce soit, il y a juste à développer de la conscience afin de ne pas nous perdre !

 

Les pilules vont-elles résoudre les perturbations de l’âme ? La sur-communication va-t-elle résoudre la solitude intrinsèque ?

 

Où vivons nous ? Sur quelle terre ? Nous agissons comme si la Terre nous appartenait alors que nous appartenons à la Terre.

 

  •   Apprenons à rester connecter… à la Nature.

Allons la sentir, l’humer, la toucher, s’y mouvoir, retrouver nos racines, retrouver notre sensibilité, retrouver notre intelligence naturelle.

  • Apprenons à rester connecter … à l’Humanité.

Tentons de trouver ce qui échappe à la sur-communication : c’est à dire le lien. Percevons ce qui nous lie aux uns aux autres. Percevons la relation comme porteuse de la vie.

 

Maintenant que nous avons une expérience de plusieurs millénaires de la guerre, la destruction, la violence, et que nous en percevons les limites ; serons-nous capables de grandir vers plus de coopération ?
Je le souhaite de tout Coeur.

Que notre millénaire nous ouvre à plus de conscience et d’intelligence naturelle.

Quid du réel

  • Posted on octobre 15, 2013 at 17:11

Quid du Réel

Comment pouvez-vous dire que le monde réel existe ou que vous-même vous existez ? 
Au moins 4 éléments vous sont indispensables : vous, l’environnement extérieur, l’objet, et la relation.

A ce jour :
L’humain est très entraîné à voir ce que la société a mis au point, fabriqué et ces produits ou objets orientent notre vision qui est devenue de plus en plus sélective. Ainsi, la boucle de rétroaction est sans fin : on ne sait voir que ce qui est palpable.

Et il en est de même pour chacun de nos sens.

Entendre, écouter prend sens lorsque des sons sont produits. La boucle de rétroaction est sans fin : on entend, on écoute que ce qui se manifeste par une certaine tonalité.

Idem pour sentir, toucher, manger…

L’objet, le produit est source de stimulation et cette stimulation renforce le sentiment d’exister. La boucle de rétroaction est sans fin, et cette boucle de rétroaction est la fondation de notre économie actuelle : j’existe dans l’avoir ou le faire.

Alors !

Si vous êtes ancrés par habitudes dans ce monde dit « réel », sachez bien que ce monde est loin d’être le seul. Plusieurs mondes cohabitent en même temps et c’est à chacun de nous de développer nos capacités sensorielles pour le percevoir.

Vous pourriez vous demander :

Mais à quoi ça pourrait servir de développer de telles capacités ?
Mais à quoi ça pourrait servir de percevoir des informations impalpables ?
Mais à quoi ça pourrait servir d’échanger sur d’autres modes de communication ?
Mais à quoi ça pourrait servir les perceptions des autres êtres vivants ?

Sûrement à rien, dans un monde où le pouvoir de l’argent est fondamentalement lié à l’objet réel.
Sûrement à rien dans un monde où il faut éviter de laisser du temps et le champ libre aux individus pour qu’ils apprennent autrement.

Alors !

A vous de jouer d’autres parties !

Plus de viande ou Plus de lumière !

  • Posted on octobre 11, 2013 at 18:30

Demande accrue de boeuf dans le monde et encore plus dans les pays émergents. Pourquoi ?
Pour ressembler à …, pour être reconnu comme…
Alors où et comment trouver plus de boeuf et comment le faire grandir encore et encore plus vite pour gagner plus !

Camps de concentration pour animaux,
Esclavage des producteurs qui courent après leurs bénéfices,
Hébétement des consommateurs qui acceptent de manger de l’apparence à partir du moment où ils ne voient pas les élevages et les abattoirs en direct,
Exploitation de l’homme par l’homme,
Exploitation de l’homme par le marketing des plaisirs,
Et bientôt le steak in vitro !
Le plaisir démoniaque n’en finit plus !

As-t-on vraiment besoin de tant de viande ?

Regardons comment l’acte du plaisir de manger s’est retourné contre nous ! Regardons comment notre culture nous façonne. Regardons comment notre mémoire se nourrit d’habitudes.

Est-il possible de redéfinir nos façons de vivre pour vivre plus en paix avec la nature ?

Acceptons d’être différent, de nous transformer.
Acceptons de nous remplir autrement, et expérimentons nous-mêmes au lieu d’attendre de nous dire ce qu’il faut faire.

Permettons-nous de respirer consciemment l’air de nos campagnes pour développer de nouvelles perceptions, pour sentir comment l’air pénètre au plus profond de notre être, pour percevoir son action interne et …. sentir une sensation nouvelle de plaisir.

Alors,

Apprenons à nous nourrir d’autres plaisirs,
Innovons pour le bien-être de tous,
Innovons dans nos capacités à nous nourrir,
Lâchons nos vieilles histoires pour en construire une nouvelle…

Je me plais à croire…

  • Posted on septembre 12, 2013 at 13:21

Je me plais à croire que demain :
- manger du boeuf ou du porc n’aura plus de sens,
- aller vite, encore et encore, n’aura plus de sens,
- chercher le plaisir à tout prix, n’aura plus de sens,
- nos certitudes n’auront plus de sens.

Je me plais à rêver qu’un jour :
- le monde vibratoire nous nourrira,
- le monde végétal, minéral et animal sera respecté,
- le monde des esprits de nos ancêtres sera entendu,
- le monde de nos enfants se portera mieux.

Je me plais à rêver que nos consciences puissent s’échapper de ses certitudes,

Je me plais à rêver que d’autres fassent le même rêve,

Et, je me plais à faire de mes rêves une réalité quotidienne,

Et, je me plais, chaque jour, à percevoir et à me connecter aux différents mondes,

Je me plais à croire que nos rêves deviennent un jour, réalité.

Du conditionnement à l’intériorité

  • Posted on juillet 25, 2013 at 17:49

Du conditionnement à l’intériorité :

 

Une personne pleine d’assurance est un être mort car elle est pleine d’idées reçues, d’habitudes., de certitudes.
Une personne pleine d’inquiétude est un être mort car elle est pleine d’idées reçues, d’habitudes. de certitudes.
Une personne pleine de stress est un être mort car elle est pleine d’idées reçues, d’habitudes, de certitudes.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Que nous sommes conditionnés sans savoir que nous le sommes.
Ou bien, nous savons que nous sommes conditionnés mais pas jusqu’à quel niveau !

Alors,

Vous est-il facile de parler de vos conditionnements ? Les voyez-vous dans votre quotidien ? Parce que sans voir, rien ne peut changer, soyez en sûr !

Et quand vous les aurez vu, comment allez-vous vous libérer de certains de vos conditionnements ? Cela va-t-il être facile, possible ?

Alors voyons ça d’un peu plus près !

Comment se rend on compte de nos conditionnements ?
Il est généralement possible de les rencontrer quand arrive un conflit, une crise, des souffrances, des problèmes physiques ou physiologiques, des douleurs.

Bien sûr, on peut accuser les autres ou en vouloir à la vie  de nous avoir mis dans cet état. Mais pourquoi cette rage ? Observez-vous.. Parce que ce que l’on craint le plus c’est la mort, cette inconnue !

En fait, on a peur de Vivre comme on a peur de Mourir.

Alors si on veut vivre, il n’y a pas d’autre choix que de regarder sa vie en face, c’est à dire, de regarder ce que nous sommes au lieu de boire de l’alcool, de fumer, de s’exciter, de baiser, de se droguer de différentes manières, d’avaler de trop, de se jeter sur un type de nourriture, de s’agiter ou de s’activer en tout sens… et tout le reste…

C’est le moment d’apprendre à voir nos conditionnements que l’on n’a jamais vu pour s’affranchir du passé et du poids sur les épaules.

Faisons le point sur ce que l’on nous a répété et que l’on nous répète soit oralement soit par écrit et qui se transforme en croyances, en certitudes. Faisons le point sur nos habitudes alimentaires, éducatives, familiales, religieuses, économiques, administratives, émotionnelles et … ce que vous voulez !

Arrêtons là les discours, et faites votre liste !

Regardez d’où viennent vos inquiétudes en vous demandant comment vous êtes conditionnés à percevoir, en priorité,  la souffrance du monde ou la votre ; la douleur ;  les  catastrophes même avant qu’elles n’arrivent.

On est conditionné à avoir peur, comme nos parents et nos ancêtres l’ont été dans d’autres circonstances.

La mémoire nous conditionne à avoir peur, on ne sait pas voir autre chose autour de nous que le malheur ; on ne sait pas voir le chemin, la vie autour, on n’ose plus ouvrir les yeux à la vie de peur d’être pris pour un naïf !

Regardez en vous quand arrive un conflit, un stress, une crise, des souffrances, des douleurs ; regardez comment on ne peut plus faire comme avant et comme on perd vite sa bonne humeur. On perd les plaisirs d’antan, on perd ce que l’on s’était construit, on perd le contrôle,  on perd ses croyances et on plonge dans la peur.

Quand cessent les plaisirs connus, on se sent comme vide, différent, abandonné, seul.

Regardons ce qui s’effondre, notons le bien, noir sur blanc, pour en prendre pleinement conscience.
Parce que c’est vraiment maintenant qu’il va être possible de trouver d’autres façons d’exister, afin de retrouver un équilibre et la joie.

Parce que la joie est bien différente des plaisirs !

Il ne s’agit pas de nier le plaisir mais de bien savoir qu’il peut vite nous conditionner à en vouloir toujours plus pour s’échapper du Vide : comme le plaisir d’être à deux, le plaisir de faire du sport, le plaisir de se retrouver autour d’une table, le plaisir de faire telle activité, le plaisir de manger, boire, faire l’amour, le plaisir de sortir, d’acheter,  le plaisir d’écouter de la musique, le plaisir de… (et si vous faisiez votre liste…).

Qu’est ce qu’il y a dans le plaisir que l’on recherche tant ?

Quelle est votre réponse ?

Le plaisir nous fait percevoir que l’on est bien vivant parce que l’on peut faire ou s’offrir telle chose !

Observez comment le plaisir vous contrôle et peut devenir votre maître sans que vous vous en aperceviez !

Alors,

Comment devenir un être Humain ?

En trouvant sa cohérence :  déjà en faisant soi ce que l’on  dit ou dit aux autres.

Et ne pas imaginer que c’est dans le futur que les choses vont s’améliorer mais bien au quotidien, dans le présent. C’est là, maintenant qu’il convient de mettre de l’ordre en nous-mêmes.

Arrêter les pensées incessantes et agir. Arrêter ces pensées négatives qui se nourrissent de plaisir, de désir, de contraires, de comparaison, d’images sur moi ou sur les autres et qui en fin de compte nous dominent.

Sachez bien que les pensées ne nous apprennent pas à vivre. Seules les expériences comptent, seules les actions comptent parce qu’elles existent au présent : elles sont. Elles sont comme la nature est.

Apprendre à percevoir comment je marche, comment je mange, comment je touche, comment… je fais telle chose. Juste apprendre sans jugement.

Juste apprendre à ouvrir la porte de l’attention pour retrouver sa liberté, sa joie et son souffle de vie.

 

 

 

Le Potentiel Humain : entre Matérialité et Monde Sensible

  • Posted on juin 22, 2013 at 16:04

 

Quel est notre chemin de vie ?

Comment se manifeste notre vie et la pratique de notre potentiel ?

Que sommes-nous ?

Si la vie est en perpétuel mouvement, nous y sommes inclus, c’est une évidence. Ce qui l’est moins, c’est que l’évidence de notre vie nous échappe, nous rendant dépendant d’un monde que nous avons créé : celui de la matérialité réaliste.

Notre cerveau est ainsi devenu complètement déséquilibré et l’accès à la Vie, par la même occasion, parcellaire.

 La Vie est bien plus riche  que nous le croyons !

L’espérance de vie n’a cessé d’augmenter, notre dépendance au monde matérialiste n’a cessé d’augmenter et à contrario se manifeste depuis quelques années une espérance de vie de moindre qualité.

Nous voyons tous que la technologie n’a pas dit son dernier mot et quelle tente de nous entraîner vers le toujours plus. La manipulation par le monde matérialiste se poursuivra tant que l’humain en aura besoin pour se sentir Exister, pour se donner une forme de Sens à sa vie sur terre. On n’en est plus au : « je pense donc je suis » ; mais plutôt à : « je manipule donc j’existe ».

Et « Profitez donc de  la vie » : paroles soi disant bienveillantes que nous entendons à longueur de journée. Les publicitaires sont aussi bien sûr là pour nous le rappeler et, le milieu scientifico-médical renchérit.

Que nous reste-t-il pour vivre que l’injonction « Profitez-en ! Et vous verrez, ça ira mieux ! ».

 Si le consumérisme permettait que le monde aille mieux, nous le saurions !

Si s’occuper permettait que le monde aille mieux, nous le saurions !

Trop devient trop, l’humain a perdu depuis bien longtemps son unité, son âme, sa conscience. Il est devenu fou, schizophrène, hystérique, autiste et il ne s’en est pas rendu compte.  L’humain s’est englué dans des problématiques matérialistes et psychologiques de comptoir de bar, juste pour ne pas être dans le silence, son silence et pour éviter de se regarder en face : dans ce contexte, les autres sont  bien sûr devenus notre enfer, nos problèmes quotidiens, nos angoisses, et ainsi, nos peurs bien entretenues.

Les humains ont progressivement développé un mal être au détriment de leur unité par une incapacité à utiliser l’ensemble de leur potentiel.

L’accès au seul monde extérieur et matérialiste  fabrique un être présentement et en devenir complètement déséquilibré  et perturbé. Sans son unité, l’humain est dépossédé de son âme.

Est-il possible d’ouvrir d’autres portes à la Vie ?

 Quels ponts emprunter pour accéder à ces portes ?

 Et quelles clés utiliser ?

Le mal être nous fait nous tourner vers la médication.

Les malades, bien que soignés, se disent seuls, incompris par le reste de la population et ne parlent qu’à leur psy qui tente de les accompagner.

Les êtres qui se rapprochent de l’unité et les quelques êtres qui vivent dans l’unité ont appris à se taire pour vivre tranquille : rien ne sert d’échanger verbalement avec des humains qui ne comprennent rien et qui vous jugent fou par incompréhension et par peur.

Et les maladies mentales ne font qu’exploser de plus en plus au grand jour : les adultes deviennent de plus en plus dissociés et les enfants, par effet miroir, s’approprient et amplifient ces comportements incohérents de survie.

Parce qu’en fait, nous en sommes là : A Survivre, oubliant la Vie

L’accès à un autre monde est envisageable pour tenter le rééquilibrage.

Emprunter ce chemin demande :

  • Du Temps,
  • De l’Espace,
  • Et une Volonté personnelle.

 

Le MONDE SENSIBLE est à notre porte si on souhaite entrer.

L’alimentation et les Désirs du corps

  • Posted on janvier 5, 2013 at 16:00
diete

L’alimentation et les désirs du corps On a l’habitude d’attribuer au corps physique seul nos désirs matériels alors qu’en réalité, ils appartiennent à plusieurs plans dont celui des émotions : émotions, sentiments, impulsions, tentations, l’amour. Quand nous mangeons, nous voyons bien la partie physique mais nous ne voyons pas l’autre partie qui va entretenir ou se mettre en relation avec l’autre plan. C’est pourquoi, nous ne nous doutons pas qu’à côté de la faim physique qui se satisfait avec des aliments physiques, il y a une faim « émotionnelle, sentimentale » qui se satisfait avec  des aliments « émotionnels, sentimentaux ». Ainsi, le désir…

La mort, la vie : des états de métamorphose

  • Posted on janvier 4, 2013 at 17:40
mort3

La mort est une certitude absolue : qui est né…meurt et il n’y a aucune exception. Alors pourquoi se faire du souci pour ce qui est certain ? Que ça soit la nôtre, celle de nos proches ou celle des autres : la mort doit être acceptée,  si l’on veut s’en libérer, pour enfin vivre ce que l’on a à vivre. L’heure de la mort ne nous appartient pas, ni sa forme : la durée de la vie est un mystère qui ne nous ai pas connu. Juger la mort ne la fera, non seulement pas disparaître mais entraîne l’humain…

Une EMI miraculeuse

  • Posted on novembre 1, 2012 at 17:20
rose

Une EMI (expérience de mort imminente) suivie d’une guérison spontanée hors du commun : c’est le cas d’Anita Moorjani * atteinte d’un cancer du système lymphatique qui au bout de 4 ans se retrouve dans le coma au stade le plus grave où pendant 30h elle va vivre une EMI. A sa sortie de coma, elle déclare aller bien, ses pathologies ont disparu, et avec elles, son cancer. Elle explique que pendant son EMI, elle goûte un état de pure joie et de jubilation. Ensuite, elle se sent envahie par un océan d’amour inconditionnel et d’acceptation ; un amour inconditionnel…

La Maladie : un Chemin du Destin

  • Posted on octobre 30, 2012 at 23:21
maladie1

LA MALADIE : UN CHEMIN DU DESTIN Pour toutes celles ou ceux qui ont vécu ou vivent une maladie, il est possible de dire que l’apprendre est effroyable car on est projeté dans un gouffre d’incompréhension, d’effondrement psychologique et/ou physique, de détresse et de solitude humaine. Envie de mourir, tristesse, colère, agressivité, dégout, peur, frayeur, révolte : toutes les émotions négatives y passent et s’enchaînent en circuit fermé. Alors on cherche des logiques, une logique à cet état et le mental s’accélère pour tenter de s’accrocher à quelque chose, à une possible vérité : recherche des coupables, du coupable, on…

Le Shiatsu Traditionnel

  • Posted on octobre 30, 2012 at 10:33

motshiatsu22

Le Shiatsu s’inscrit dans la tradition orientale de prévention des maladies et du bon entretien de la santé. Art japonais, il prend sa source dans la Médecine Traditionnelle Chinoise. Officiellement reconnu au Japon, le Shiatsu est pratiqué en Europe dans le respect de règles professionnelles strictes, contrôlées en France par la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel sous l’égide de la Fédération Européenne de Shiatsu. En mai 1997, la Commission Européenne a officiellement reconnu huit méthodes de médecine complémentaire, dont le Shiatsu. Etant donné le grand nombre de méthodes existantes, cette reconnaissance en atteste le professionnalisme et l’efficacité.

Comment agit le Shiatsu ?

Le shiatsu est une technique manuelle. Le praticien effectue des pressions avec les paumes et les doigts. Ces pressions sont effectuées sur des zones ou des trajets spécifiques situés le long des méridiens d’acupuncture. Des étirements pourront compléter la séance afin de favoriser une meilleure circulation de l’énergie.

Un apaisement des douleurs, du stress, des tensions nerveuses et musculaires :

Le Shiatsu contribue au traitement des affections : il améliore la souplesse des tissus musculaires ; corrige les défauts mineurs du squelette ; facilite le fonctionnement harmonieux du système nerveux ainsi que celui des glandes endocrines ; stimule la circulation du sang et de la lymphe ; favorise l’élimination des toxines ; restaure la vitalité du corps ; réduit enfin les effets du stress et combat les insomnies par une harmonisation de la circulation de KI (l’énergie). Dynamisant, relaxant, amincissant, rééquilibrant, chaque shiatsu fait l’objet d’une technique précise qui est définie en début de séance, entre le client et le praticien.
Au cours de la séance, la personne peut rester habillée. Elle est soit allongée sur un futon posé au sol soit assise selon son état.

Quelques recommandations :

- Certains points seront évités pendant la grossesse.
- Le Shiatsu ne guérit pas des affections chroniques comme le cancer, le sida, l’épilepsie, l’ostéoporose ou les varices.
- En début de séance, le praticien vous posera des questions : n’hésitez pas à l’informer de vos préoccupations et de vos douleurs.
- Enfin, évitez l’alcool, les repas lourds, les bains très chauds et l’exercice physique intense avant ou aprés chaque séance de Shiatsu.

Des photos :

La Peur

  • Posted on octobre 29, 2012 at 09:23
peur

Le corps matérialisé, l’humain est dans un corps physique, et dans ce sens, est soumis à l’attraction de plusieurs forces (dont l’orgueil, l’égoïsme, la peur…). Et une qui donne les meilleurs résultats, c’est sans contredit la Peur. La peur ne nous rend plus raisonnable mais affolé, capable d’expressions exacerbées et de bêtises. Alors faites la liste de vos peurs, et habituez-vous à faire face à quelques unes et à ne pas vous troubler : ainsi la peur perd prise sur vous, elle est désarmée. Si besoin, développer votre confiance en un être évolué (la nature, Dieu ou autre) : ainsi…

L’Alimentation : comment être simple

  • Posted on octobre 2, 2012 at 14:56

L’occident qui avait jusqu’à présent une espérance de vie croissante tant maintenant à avoir une espérance non seulement stagnante mais aussi qualitativement en régression : l’humain est en train de dégénérer.

Rendons-nous compte que depuis une cinquantaine d’années, notre type d’alimentation s’est transformée aux rythmes des publicitaires, des manipulateurs culinaires, des financiers … au détriment de la simplicité, du naturel et surtout du vivant.

Aussi mangeons-nous mal, et par manque de qualité, nous mangeons aussi trop.

Savons nous que la Nature se contente de peu et que dans nos habitudes sociales l’appétit est souvent factice (en groupe, on mange et on boit plus que nécessaire !).

- Trop de viandes sont consommées (entraînant des affections du tube digestif),

- Trop d’alcool est consommé,

- Trop de sucre est consommé (dans les desserts, biscuits, aliments préparés de toute sorte…)

Ces 3 aliments sont des excitants qui d’une part ont le défaut d’être irritants et d’autre part procurent une euphorie momentanée dont la répétition d’absorption est nécessaire pour l’entretenir.

Alors la joie de vivre, doit-elle être due à une euphorie passagère ?

Apprenons à lâcher prise sur ces aliments, sur ces illusions qui nous dominent ; et nous nous sentirons chaque jour de plus en plus calme, de plus en plus maître de nous, de plus en plus heureux de Vivre.

User et abuser le plus possible de produits végétaux crus et légèrement cuits et d’eau en guise de boisson : progressivement la vigueur s’installera, au rythme de la désintoxication qui nous fait passer par des hauts et des bas !

Soyez persévérant.

Courage Ami…

 

L’Esprit Féminin

  • Posted on octobre 1, 2012 at 23:35
feminin1

L’ESPRIT FEMININ Ou comment être respecté dans son intériorité Si vivre en terre occidentale est une chance, cette opportunité cache aussi malicieusement aux femmes de notre génération un travers guère conscientisé : un travers qui me fut révélé à travers les propos d’un ami. En me spécifiant comment ses ancêtres vécurent l’esclavage, j’ai perçu un trouble au plus profond de moi : ces propos réveillèrent dans mes tripes ce que mes ancêtres féminins avaient elles aussi vécu en tant qu’esclave du pouvoir masculin. Sur cette terre, l’expression de la douceur, de l’intériorisation a été mise au rebut pour être supplantée…

Voir, être Vu : les Chevaux

  • Posted on septembre 28, 2012 at 20:49
cheval1